Phone support :  (+33)09 70 44 83 04
Free shipping to France.
La vanille en parfumerie, une matière première de qualité.

La vanille en parfumerie : les gousses précieuses aux odeurs addictives

La vanille en parfumerie : les gousses précieuses aux odeurs addictives

La vanille en parfumerie, une matière première de qualité. Dans la catégorie :

Avez-vous déjà goûté une odeur ? Pour faire plus simple, avez-vous déjà senti une saveur ? Surpris de ces questions ? Ne vous inquiétez pas, cet oxymore est abstrait, mais peut rapidement devenir évident lorsqu’on sait qu’on parle d’une matière très appréciée dans les quatre coins du monde.

Une épice généreuse, qui nous offre son arôme pour nos gâteaux qui font saliver tous les gourmands, et nous donne la permission de chiper son odeur si douce pour créer des parfums qui ne laissent pas indifférents. La vanille, cette plante aux multiples usages existe depuis plusieurs siècles, et représente une matière première de qualité pour de nombreux parfums. Faisons une petite lecture pour tout savoir sur l’utilisation de la vanille en parfumerie.

La vanille, une plante aux gousses précieuses

La vanille est une liane qui provient de certaines espèces d’orchidées. Il existe environ 118 espèces différentes, mais la plus célèbre parmi elles est la Vanilla Planifolia aussi nommée Vanilla Fragrans. Cette dernière représente plus de 92% de la culture totale de la vanille dans le monde.

En raison de son besoin d’humidité, elle pousse à l’état naturel dans les forêts tropicales telle l’Amazonie, en s’accrochant sur un tuteur.

Une photo qui illustre trois fleurs de vanille posées sur trois gousses de vanille sur un fond blanc.
Une photo illustrative de la vanille

Cette orchidée cultivée en sous-bois, donne naissance à des gousses précieuses appelées communément gousses de vanille, et botaniquement des “capsules”. Ces gousses, une fois transformées, se présentent comme une épice fortement aromatique, ayant une forme de bâtonnets de couleur brune.

Pollinisation de la vanille

Connue pour être hermaphrodite (les organes mâles et femelles sont sur la même fleur), la pollinisation de la vanille se fait de deux manières distinctes :

  • Naturellement en Amazonie par certains types d’abeilles dites Abeilles Mélipones. Ce type de fécondation reste minoritaire.
  • Artificiellement (manuellement) dans les autres régions où elle est cultivée, par une technique célèbre découverte par un ancien jeune esclave de l’île Bourbon (la Réunion actuelle).

Il faut compter, en moyenne, deux mois et demi pour que la floraison commence, tout en sachant que les producteurs doivent polliniser les fleurs de manière quotidienne durant tout ce temps. Pour le petit sourire, les femmes qui s’occupent de la pollinisation artificielle de la vanille sont traditionnellement surnommées “marieuses”.

Origines et histoire de la vanille

Le Mexique, la terre natale de la vanille

L’origine de la vanille remonte à des siècles, et est parfois mise en lien avec celle du chocolat. 

Au 15ème siècle, les Aztèques, peuple amérindien du Mexique et grands consommateurs de vanille à l’époque, préparaient une boisson épaisse sur une base de cacao enrichie de vanille qu’ils nommaient “Xocolatl” prononcé habituellement “Tchocolatl”. Celle-ci était destinée aux soldats et aux nobles.

Par ailleurs, les Aztèques n’étaient pas les producteurs de la vanille qu’ils utilisaient, en raison de leur climat inadéquat pour sa culture.

Ainsi, les Totonaques, leurs voisins qui occupaient les côtes mexicaines de Veracruz et de Papantla, étaient ceux qui se chargeaient de la production de la vanille et de l’approvisionnement de l’empire Aztèque à travers les échanges commerciaux qui se déroulaient entre les deux peuples.

La découverte de la vanille par les européens

Au premier quart du 16ème siècle, les Espagnols décidèrent de mener une conquête explorative au continent américain. En 1519, ils arrivèrent au Mexique, guidés par le conquistador Hernan Cortés, qui rencontra l’empereur Aztèque à Tenochtitlan, capitale de l’empire. L’occasion durant laquelle il découvrit la fameuse vanille.

Une photo de deux fleurs vertes de vanille en début de floraison. Le fond est fait de feuilles de plantes vertes floutées.
Une photo qui illustre le début de la floraison de la vanille

Quelques décennies après, en 1580, la gousse en or fut présentée à la cour d’Espagne, et plus tard à la cour de France. Les botanistes français, attirés par cette magnifique et nouvelle plante, ont tenté de reproduire sa culture sur leur territoire durant le 17ème siècle, sans pouvoir y parvenir.

Les mexicains refusaient de délivrer les secrets de leur plante aimée et ont gardé le monopole sur le marché de la vanille pendant deux siècles, le 17ème et le 18ème. Ils étaient alors les seuls producteurs à l’échelle mondiale.

La pollinisation artificielle de la vanille, le premier pas vers la production de la vanille en Europe

Au 19ème siècle, une première pollinisation artificielle de la vanille voit le jour en Belgique, par le naturaliste Charles Morren. Cette découverte, pourtant de qualité, n’a toujours pas permis d’avoir des résultats satisfaisants en matière de culture de cette belle plante en Europe.

Quatre années plus tard, en 1841, le beau jour arrive grâce à un très jeune esclave de 12 ans de l’île Bourbon (La Réunion). Edmond Albius développa la technique complète, toujours utilisée actuellement, de la pollinisation manuelle des fleurs de vanille. Il permit dès lors, de procéder à la culture de la vanille à la Réunion. Cette dernière devient le premier centre vanillier sur terre.

L’essor de la vanille au Madagascar

La découverte réunionnaise changea la donne et permit de casser le monopole mexicain sur la vanille. Quelque temps après, aux débuts des années 1890, les cultivateurs de l’île Bourbon tentèrent de planter la vanille au Madagascar. Le succès était tellement imminent que la production malgache a dépassé près de 11 fois celle de la Réunion, seulement quatre décennies plus tard, atteignant une production annuelle de 1000 tonnes.

Aujourd’hui, le Madagascar reste le principal producteur de la vanille dans le monde en couvrant près de 86 % de la demande mondiale avec une production avoisinant les 1200 tonnes annuellement.

La production et la transformation de la vanille : de la plante à la vente

Si la vanille naturelle est un produit relativement cher, c’est parce qu’elle subit des étapes longues et différentes qui durent parfois plus de 10 mois, avant qu’elle ne se transforme en gousse parfumée prête à être utilisée.

Les étapes de la transformation de la vanille

L’échaudage

Tout d’abord, il faut savoir que les gousses de vanille qu’on récolte sont totalement inodores. Afin de les transformer en bâtonnets parfumés, elles doivent premièrement être trempées dans une eau chaude à hauteur de 65°C pendant trois minutes, cette étape est dite “échaudage”.

Une photo qui illustre quelques gousses vertes de vanille dans leur milieu naturel avant leur récolte.
Une photo illustrative des gousses de vanille avant leur récolte

L’étuvage

Ensuite, vient l’étape de l’étuvage qui dure en moyenne entre 20 et 30 heures. Celle-ci consiste à mettre les gousses retirées de l’eau dans des couvertures de laine afin qu’elles conservent leur chaleur et perdent leur eau, tout en développant leur profonde couleur brune.

Le séchage

Ce n’est pas fini ! Une fois que l’étuvage se termine, les gousses sont mises en séchage afin d’éviter l’apparition de microorganismes. Tôt le matin, elles sont placées sur des claies pour qu’elles sèchent au soleil. Les gousses sont ensuite enroulées dans les couvertures jusqu’au lendemain. Cette action se répète pendant quelques semaines, tout en retirant les gousses suffisamment sèches pour qu’elles continuent leur séchage à l’ombre. Cette étape dure très souvent trois mois au complet.

Une photo illustrative de certains claies remplis de gousses de vanille de couleur brune afin que celles-ci puissent sécher au soleil.
Une photo illustrative des gousses de vanille en période de séchage

L’affinage en malle

Pour finir, les gousses séchées passent par un affinage en malle pour plusieurs mois. Celles-ci sont triées par taille ou par couleur : les plus longues gousses sont les plus chères. Elles sont rangées dans des caisses en bois ou en métal habillées en papier paraffiné, et sont régulièrement vérifiées afin de s’assurer qu’aucune moisissure n’y est présente sur l’une d’entre elles. Cette étape permet le développement du merveilleux arôme de vanille, riche et fortement parfumé.

Une photo illustrative de gousses de vanille brunes et prêtes à l'utilisation, attachées par un un petit fil de couleur crème.
Une photo illustrative des gousses de vanille prêtes à être utilisées

Les gousses sont à présent prêtes à être commercialisées pour servir de matière première à de magnifiques créations vanillées.

La vanille en parfumerie

L’utilisation de la vanille naturelle en parfumerie

La vanille est une matière première très appréciée par les parfumeurs en raison de son odeur forte, chaude et sensuelle. Très souvent utilisée comme note de fond, elle est considérée comme un ingrédient essentiel de la parfumerie orientale.

Pour être plus précis, il faut savoir que ce qui fait l’odeur riche du petit bâton précieux, en plus de ses autres composantes, est l’une de ses principales molécules fortement parfumée qui est la vanilline. Cette dernière a été extraite pour la première fois durant le 19ème siècle et représente seulement 1 à 2% de la masse totale d’une gousse de vanille. La vanilline permet d’adoucir les parfums, tout en les rendant plus gourmands par sa touche sucrée.

Une photo illustrative du parfum Baccara Vanille.
Baccara vanille, un parfum oriental à la douce odeur de vanille.

La vanilline de synthèse dans les parfums

En raison du coût onéreux de la vanille naturelle (plus de 490 euros le kilogramme de gousses entières), celle-ci est réservée aux parfums les plus prestigieux. Ainsi, les chimistes se sont lancé le défi de synthétiser la vanilline afin de la reproduire à moindre coût.

Le défi est gagné, les deux chimistes Wilhelm Haarmann et Ferdinand Tiemann ont réussi à produire une vanilline synthétique en 1874 à partir de la coniférine, puis plus tard d’autres chimistes l’ont fait à partir du gaïacol.

Cette découverte fut majeure en parfumerie, car elle a permis de baisser les coûts des parfums tout en gardant l’authenticité de l’odeur vanillée à un certain degré.

Mais malgré la ressemblance identique entre la vanilline naturelle et la vanilline synthétique, la qualité diffère toujours en raison de la richesse des composantes de la vanille naturelle qui lui offre une senteur plus aromatique et nuancée.

L’éthylvanilline, une autre alternative à la vanille naturelle

L’éthylvanilline est une molécule aromatique parfaitement artificielle connue depuis 1920. Elle reprend l’odeur de la vanilline tout en étant trois fois plus forte. Son prix est plus élevé que la vanilline synthétique mais reste beaucoup moins cher que la vanille naturelle.

La forte concentration de l’éthylvanilline permet d’économiser son utilisation. En effet, une faible dose de celle-ci permet de marquer la présence de l’odeur vanillée, même si elle demeure légèrement différente de celle procurée par la vanilline.

Les parfums à la vanille, des notes olfactives tendres et intenses

Si les parfumeurs portent très souvent un intérêt particulier à la vanille, c’est parce qu’elle a le pouvoir d’adoucir les fragrances agressives. En effet, la vanille s’invite en toute confiance dans diverses fusions, avec les familles olfactives Orientale, Boisée, Florale…et réussit à chaque fois, à refléter une sensualité inédite dans les parfums.

Son succès dans la parfumerie se remarque au 19ème siècle par le Jicky de Guerlain, puis se confirme au 20ème siècle par de nombreuses autres créations.

Mais au-delà de son côté chaleureux, la vanille cache aussi une facette sucrée qui nous rappelle les petits bonbons savoureux. Celle-ci rend les parfums plus addictifs et augmente le plaisir olfactif qu’ils nous procurent, à l’image du célèbre Angel de Thierry Mugler, lancé en 1994.

Découvrez nos sublimes parfums à la vanille

Baccara Vanille : Un parfum aux notes olfactives douces et suaves. Considéré comme le best seller des fleurs du golfe, il attire de nombreux passionnés de la vanille qui cherchent à profiter à longueur de journée d’une senteur riche et sucrée.

Une photo illustrative du parfum Baccara vanille.

N’hésitez pas à faire part de ceux qui le découvrent en visitant notre boutique.

Saphir Vanille : Sur une odeur de musc subtile, s’allonge une vanille à la tendresse orientale,  le tout annoncé par une note de tête fraîche qui réunit joyeusement la bergamote et l’ananas. Ce parfum est le fruit de nos voyages entre le désert de Dubaï et les rues parisiennes.

Vanille Alcantara : Un départ lumineux est offert par ses notes ravissantes de fleurs d’oranger, qui s’accompagnent par la chaleur de l’ambre et la sensualité de la vanille. Ce flacon est un véritable trésor olfactif.

Une photo qui illustre le parfum Vanille Alcantara mis entre trois fleurs. La première fleur à gauche est de couleur beige, la deuxième fleur en bas est de couleur jaune, la troisième fleur en haut est verte.

Voulez-vous goûter à des fragrances aussi rares que précieuses ? Rentrez dans notre maison, sans même frapper à la porte…Vous serez les bienvenus !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon panier

0

Votre panier est vide.

Hit Enter to search or Esc key to close